Merci Balma

Un murales di Balma di Roure

Un murales di Balma di Roure

Je m’étais rendu à Roure pour regarder la neiger tomber : il pleuvait !
Alors je suis allé jusqu’à Balma di Roure. De la neige uniquement au sol, puis, encore de la pluie. Dans ce genre de situations, on jette l’éponge et, puisque l’on est sur place, on fait un petit tour…
Pour découvrir une ruelle étroite qui monte entre les maisons, belles et silencieuses, avec seulement quelques sons qui s’échappent. Un accenteur alpin, que la neige a repoussé vers le fond de la vallée, fait une pause sur un balcon : il cherche des miettes. Un monsieur déblaye la neige, une dame scrute le ciel. Va-t-il neiger ?
Puis, soudain, le brouillard estompe l’atmosphère et la rend surréaliste. Juste après, voilà la neige.
Copieuse.
Pendant ce temps, des peintures sur les murs racontent l’histoire de ce lieu, des femmes, des enfants, du travail dur dans la mine pour gratter le talc. C’est irréel, cela fait surface du temps, dans le nuage de neige qui descend et enveloppe.
En l’espace d’une paume et en un battement d’œil. Plein d’images et plein de douces pensées. Les peintures murales ont l’air vivant.
Puis la neige s’arrête soudainement. Les peintures se taisent et même l’accenteur est parti.
Merci Balma. Ce fut un doux enchantement.

Un murales di Balma di Roure

Un murales di Balma di Roure

guarda la galleria