Les cloches de Rue

Rue di Pramollo - Le campane

Rue di Pramollo – Le campane.

A Rue (Pramollo), il y a une église. Mais alors que les autres sont toujours bien en vue et aux endroits les plus beaux, celle-ci a été construite tout en bas, presque cachée dans un trou.
Peut-être pour cette raison ils l’ont faite plus belle.
Comme les statues sur la façade, qui en premières accueillent le visiteur. Avec des visages d’humains et non de saints. Barbe, très douce, protège les mineurs et même Maurice, bien qu’il soit armé, sourit paisiblement.
Un beau signe, une invitation à rentrer. L’église est accueillante, simple et sereine, comme cela plaît peut-être à Dieu, solennelle, elle invite à réfléchir.
Et puis le clocher. Très haut pour atteindre les cloches, pour monter jusqu’à elles. Pour les toucher, les caresser, leur apporter un sourire, à elles, qui saluent les voyageurs depuis des siècles. Elles, qui sont depuis toujours dans l’esprit des gens. Elles, qui ont appelé à la joie ou à la douleur pendant des siècles. Elles qui, dans le temps, ont été la cause innocente de guerres cruelles entre frères. Elles, qui ont pleuré pour mes frères torturés par les nazis. Elles qui sont aujourd’hui enfin tranquilles.
Elles ne peuvent plus sonner que pour la paix, les cloches de Pramollo, confiées, tout en bas, aux enfants Barbe et Maurice, des saints peut-être, mais au visage humains.

Rue di Pramollo - La chiesa

Rue di Pramollo – La chiesa

guarda la galleria