La petite Fée des neiges


Parmi toutes les merveilles vivantes, la perdrix blanche est peut-être la plus merveilleuse.
D’abord parce qu’elle vole. Et voler, c’est une magie. Puis car elle change de couleur entre l’été et l’hiver. Et finalement car elle vit là où presque personne ne vit, hormis l’aigle, auquel il faut qu’elle se cache.
En hiver la perdrix mange très peu, et par ailleurs elle dépense extrêmement peu, car elle ne bouge pas, elle garde la tiédeur grâce à des plumes spéciales même sur les pattes, qui ont l’air d’être habillées avec un pantalon, et elle attend le printemps, qui, aussi en haut, arrive très tard, car là le froid est à la maison et se la joue en patron. On l’appelle épave glaciale ; mais un ami m’a confié que, en fait… pas d’épaves, pas de glacial… les perdrix blanches, ce sont de petites fées, petites fées des neiges. Cela explique tout, pourquoi elles sont blanches avec un ourlet rouge, et on comprend également qu’il ne faut pas les déranger, car c’est pas juste et… car une petite fée s’énerve…
(Photos de Fabrizio Moglia)

Au Piémont on a le droit de chasser la perdrix blanche ; c’est-à-dire que, en payant, on peut la tuer en toute légalité. Comme si, en payant, on pouvait entrer dans une galerie d’art et détruire une peinture. Barbarie !


guarda la galleria