Journée de la Terre

Ghiaia

Ghiaia

Si Terre n’était pas je serais oiseau car je ne pourrais poser mes pieds.
Je ne serais pas oiseau non plus car il n’y aurait de branches pour me soutenir, puisque les branches sont sur les arbres qui s’accrochent à Terre.
Si Terre n’était pas il ne serait rien, même pas de ciel, car il n’aurait rien à couvrir et cela n’a pas de sens, que de couvrir rien.
La Terre est grande et nous y marchons, nous la salissons, nous l’insultons, sans même la regarder, et nous nous énervons si nous perdons l’équilibre.
Que la Terre est patiente.
C’est une maman, la Terre.
Pour cette raison elle tolère autant, elle pardonne, et sans faire de mal.
Il faudrait aimer plus la Terre, la caresser avec les mains et avec les yeux, puis l’écouter lorsqu’elle parle.