Le Babaciu de Saint-Pierre

Il Babaciu di San Pietro

Il Babaciu di San Pietro

Peu, du moins en colline et en plaine, humiliée par la pluie, peut-être un peu grise, mais belle. Très belle. Comme toujours.
Enfin la neige est arrivée.
Le miracle s’est produit encore une fois.
Autrefois on avait l’habitude de la neige, patrimoine de l’hiver et de l’humanité, des enfants et des cœurs beaux. Plus aujourd’hui.
Donc le miracle est encore plus grand, alors qu’il est plus simple voir couler le sang de Saint-Janvier à Naples, plutôt qu’une chute de neige digne de ce nom. Car le ciel est en colère. Nous l’embêtons trop.
Mais maintenant elle est là, la neige. Pendant un moment, elle va rendre tout plus propre et plus beau ; elle fera aussi des bonhommes, des babaciu [en piémontais, NdT], qui, parmi tous les personnages de neige, sont les plus enchantés : capables de faire fondre un sourire.

Il Babaciu di San Pietro

Il Babaciu di San Pietro

Nous avons rencontré un bonhomme [de neige] ; soudain il s’est offert à nos yeux ; sur un petit pilier en pierre sur lequel sont accrochées des chaînes qui tombent au sol.
Le Babaciu de Saint-Pierre, ainsi nous l’avons nommé, car il y a une église à coté.
C’est sûrement un enfant qui l’a fait, mais pas tout seul ; il n’aurait pas pu en faire autant ; il y avait un adulte aussi ; peut-être un papa ; plus probablement un papa et une maman ; peut-être que les enfants étaient deux ; c’est une famille qui l’a modelé ; éphémère et resplendissant à provoquer des sourires ; à ceux qui passent, à ceux qui iront à l’église, à ceux qui le salueront par un signe secret du cœur.
Si cela n’est pas de la magie de neige…

Il Babaciu di San Pietro

Il Babaciu di San Pietro