Fumeterre creuse

Colombina cava

Colombina cava

Nous ne savons pas pourquoi on l’appelle fumeterre, cette superbe plante, fragile et timide; creuse, en plus, pour la différencier d’une autre, appelée solide. Le nom scientifique n’en dit pas beaucoup plus non plus: Corydalis bulbosa. Corydalis vient du grec korydalis, alouette, en référence à l’éperon terminal de la fleur, qui rappelle l’ongle postérieur du mythique passeriforme dangereusement passionné par les miroirs.
Peut-être…
Mais de tout ça, comme on dit, peu nous chaut.
Il nous importe en revanche qu’il s’agit d’une fleur très belle, pas rare mais pas facile à trouver, aux couleurs particulières et aux formes encore plus spéciales.
Ce n’est pas un hasard, si elle salue le printemps lorsqu’il hésite à exploser, pour offrir le mieux d’elle. Elle le salue pour lui donner du courage.
On pourrait dire que la fumeterre ressemble à une trompette, ou au chapeau d’un nain, à une corne celeste; les plus cultivés peuvent penser à un muflier, ou même à une corne d’abondance.
Tout le monde peut inventer sa propre similitude.
On peut tout imaginer, en regardant la fumeterre dans sa splendeur mystérieuse. A cause de cela, elle est aussi belle.
Suffisamment pour pouvoir annoncer la bienvenue au printemps.

Colombina cava

Colombina cava

 

Guarda le immagini